Généralités sur les cornets

Gerade ZinkenJ'ai joué mes premières vêpres de Cl. Monteverdi en 1980. Depuis cette époque le cornet à bouquin est mon instrument principal. Ma facture de cornets découle essentiellement de l'expertise que je possède en tant que joueur. Pour chaque modèle, j'ai une copie de l'instrument de musée dans mon atelier. J'ai eu l'occasion de comparer quelques instruments originaux avec mes copies par mesure d'impédance et on a trouvé avec cette méthode des résultats identiques entre les originaux et mes modèles (voir Günther Ziegenhals, Zwota: originaux et copies des cornets droits de Freiberg et cornets muets de Leipzig)

Problèmes d'une copie à l'échelle

Lorsqu'on part d'un modèle historique conservé dans un musée, il y a certains points que l'on doit prendre en compte et qu'il me faut traiter:

1. Correction de la perce

Les instruments à vent originaux semblent parfois avoir une perce trop étroite dans leur partie supérieure. C'est dans cette zone où la paroi est la plus épaisse, c'est aussi cette partie qui a été la plus exposée à l'humidité. Par conséquent, on peut supposer que le bois à travaillé au fil des siècles et que la perce actuelle n'est pas celle de l'époque. C'est donc à cet endroit que je me permets d'agir afin d'obtenir des octaves justes.

2. Diversité des diapasons originaux

Pour des raisons pratiques, je produits des instruments dans les diapasons les plus répandus à l'heure actuelle: la'= 480, 465, 460, 440, 415 Hz. Normalement je fais des transpositions d'un demi ton au maximum entre l'original et mon modèle.

3. Accordage

Pour beaucoup d'instruments du 16e et 17e siècle les doigtées p100 000 et p123400 sont très bas, même en tempérament mésotonique. Il est possible de monter ces notes sans effet sur l'intonation globale de l'instrument.

4. Matériaux

Les cornets droits et muets conservés dans les musées sont en général en érable ou en buis. Il peut être avantageux de remplacer l'érable par un bois plus compact comme le prunier ou le cormier. Trouver du buis dans les dimensions utilisées pour les cornets muets peut être difficile ou très cher. Dans ce cas on peut le remplacer par de l'alisier blanc, du cormier ou du prunier.

Une publication détaillée de Fritz Heller sur le cornet droit sera éditée prochainement dans les "Michaelsteiner Konferenzberichte 2009".

Berlin 662

Ce cornet fait partie de la collection d'instruments du musicien Andras Unger de la ville de Naumburg, qui contient une prédominance d'instruments à anches doubles. Le musée de Berlin date l'instrument du début du 17e siècle. Jamie Savan argumente de manière convaincante que cet instrument est un spécimen tardif d'une longue tradition de facture allemande qui remonte au temps florissant du cornet en Allemagne au début du 16e siècle avec des musiciens comme Augustein Schubinger. Cet instrument se mêle très bien avec des instruments à anches doubles.

la'= 465, 460, 440 Hz
- érable, bois fruitiers
- buis

Freiberg

La conception acoustique de l'instrument mentionné ci-dessus est fort similaire au cornet nr. 17 de Freiberg. On retrouve deux exemplaires de ce modèle dans la chapelle funéraire de la cathédrale de Freiberg, joués par des anges. L'instrument a été fabriqué en 1593 et joue un ton plus haut qu'un cornet normal. Ce cornet joue facilement sur plus de deux octaves et se prête bien pour être accompagné de chalemies. Il pourrait bien être un "corneta accordata con las chirimias" mentionné dans l'inventaire de Marie d'Hongrie. La première note du second registre, tous trous bouchés, est à l'octave juste de son équivalent dans le premier registre. Les doigtés sont similaires à ceux d'une flûte traversière ou d'une chalemie. Je produis aussi une version de l'instrument pouvant être jouée avec des doigtés standards, comme sur un cornet courbe.

la'= 465, 460, 440 Hz
- érable, bois fruitiers
- buis

Nürnberg MI 121

Cet instrument était probablement un cornet muet réalisé par les Bassano. Il a été découpé dans le 17e siècle et muni d un pommeau de trompette pour renforcer l'entrée de l'embouchure ( pommeau identifié et daté du 17e siècle par Markus Raquet). L'original joue en la'= 480 Hz et est accordé de manière similaire a l'instrument de Freiberg.

Je réalise aussi une version de l'instrument pouvant être jouée avec des doigtés standards.

la'= 480, 465, 460, 440 Hz
- buis, pommeau de trompette

Honthorst

A l'exception de ce dernier instrument (qui n'était pas conçu comme cornet droit) nous n'avons pas de cornets droits caractéristiques du 17e siècle dans les musées. Sur le tableau "Le vieux chanteur" de Gerrit van Honthorst (Schwerin, Staatliches Museum) on voit clairement un cornet droit. La belle forme extérieure et le fait que nous avons ici une indication de l'existence d'un cornet droit datant probablement du 17e siècle m'ont fasciné, et j'ai tout de suite désiré reconstruire un tel instrument. Je me suis servi comme base acoustique de l'instrument de Nürnberg mentionné ci-dessus qui apparemment a été utilisé dans le 17e siècle.

C'est un instrument flexible avec des propriétés semblables à celles d'un cornet italien.

la'= 480, 465, 460, 440 Hz
- prunier, cormier

Nürnberg MIR 33

Un instrument élégant du sud de l'Allemagne qui montre bien le développement du cornet au 18e siècle du point de vue de l'esthétique extérieure et de son acoustique. L'instrument idéal pour la musique de Bach, Reiche, Gluck.

la'= 465, 460 Hz
- buis, corne

Hoe 1765

Cet instrument est construit plus grossièrement que le dernier. Sur le modèle d'origine, le bois de la perce est considérablement pourri et les trous sont usés, surtout celui du pouce. Il est fort possible que ce soit un instrument utilisé par les musiciens des villes de Meißen ou de Stuttgart, qui jouaient encore du cornet au 19e siècle.

Une copie joue en la'= 450 Hz ce qui se prête bien pour en faire un instrument en la'= 440 Hz. L'acoustique de l'instrument est robuste, une version transposée en la'= 430 ou 415 Hz est également réalisable et fonctionne bien.

la'= 450, 440, 430, 415 Hz
- buis, corne

Hetsch 1840

Cet instrument a été réalisé durant l'année où le musicologue et compositeur français Georges Kastner a écouté jouer les musiciens de la ville de Stuttgart sur cornet et sacqueboutes. L'instrument a un son très fin , presque comme une flûte et est muni d'une clé pour le do dièse. Une copie joue en la'= 450 Hz , une version transposée en la'= 440 ou 430 Hz est également réalisable et fonctionne bien.

la'= 450, 440, 430 Hz
- buis, corne, clé en laiton

Cornet alto/ténor droit

Cet instrument a été classé dans le catalogue du "Germanisches Nationalmuseum Nürnberg" comme une bombarde alto mal restaurée. L'instrument a été en fait réalisé par deux facteurs différents: une partie d'un cornet muet d'un premier facteur a été rallongée par un autre. Une copie joue en ré (avec clé) en la'= 465Hz.

Cela se prête bien pour en faire un instrument alto en fa ou bien ténor en ré.

la'= 465, 460, 440 Hz
- érable, clé de laiton

Pour les tarifs actuels, merci de vous référer à la liste de prix au format PDF.